Problèmes d'autorité et de financement entre Moscou et Tskhinvali?

Publié le par sophie tournon

La réunion prévue vendredi entre la Russie et l'Ossétie du Sud indépendante de facto sur la reconstruction de Tskhinvali à la suite du conflit d'août a été ajournée du fait d'un différend entre les deux partenaires. La Commision dévolue à cette mission est constituée essentiellement de fonctionnaires russes, l'Ossétie du Sud étant principalement représentée par son vice premier ministre.
Si la réunion n'a pu se tenir, c'est, à en croire la version des autorités russes, du fait de l'absence des représentants du ministère des Finances. Selon les sud Ossètes, il s'agit avant tout d'un problème de distribution des subventions, problème qui bloque le transfert de l'aide financière promise en août (10 milliards de roubles) par le premier ministre russe Vladimir Poutine pour la reconstruction de la république séparatiste.
L'une des préoccupations des sud ossètes a trait aux 1,8 milliards de roubles alloués à l'Ossétie du Nord en urgence : pourquoi ces aides ont-elles grevé le budget normalement attribué à l'Ossétie du Sud?
Le fond de la question concerne le mode de gestion de ces subventions : Moscou veut imposer, sur le modèle des versements alloués à la Tchétchénie, une gestion contrôlée par un organisme du ministère au Développement régional russe basé à Moscou, et donc sans intervention sud ossète. Ceci pour éviter toute "évaporation" d'argent au niveau local.
Les autorités de l'Ossétie du sud rejettent ce schéma qui ne correspond plus à la réalité : cet organisme était justifié en août, tant que l'OSsétie du Sud n'avait pas déclaré son indépendance. Or, maintenant qu'elle est reconnue par la Russie comme son égale, les relations intergouvernementales Ossétie du Sud-Russie doivent se fonder sur des bases nouvelles. Les subventions doivent désormais être prises en charge par le ministère sud ossète des Finances.
Entretemps, la petite république séparatiste subit la crise et l'après-guerre de plein fouet, avec son cortège de salaires impayés et des prix en hausse. (A. Gabouev, Kommersant, 03.03.2009, http://www.kommersant.ru/doc.aspx?fromsearch=46dc9956-aa92-42a5-bf8d-a947ec3027cc&docsid=1128808).
Peu après le conflit, les autorités géorgiennes auraient proposé leur aide à la reconstruction de Tskhinvali, selon Dmitri Medoev, ambassadeur sud ossète en Russie. Le président du parlement géorgien Davit Bakradze a appelé à maintenir l'intégrité territoriale géorgienne, seule garante de la sécurité et de l'avenir des habitants d'Ossétie du Sud qui, selon lui, n'intéressent ni la Russie ni les policiens sud ossètes. (A. Gorbounov, Geotimes, 04.03.2009, http://www.georgiatimes.info/?area=articleItem&id=8308&path=articles)

Commenter cet article