Le prisonnier consentant du Caucase

Publié le par sophie tournon

Le cas du sergent russe Alexandre Gloukhov est unique en son genre : déserteur en Russie, "héros" choyé en Géorgie, il est devenu malgré lui le symbole du bras de fer entre les deux Etats voisins. Chronique d'un homme qui croit découvrir le bonheur en se cachant de tous.
Un journaliste de "Novaya gazeta" a rencontré le sergent Gloukhov à Tbilissi pour entendre son récit. L'homme raconte avoir décidé de déserter son poste en Ossétie du Sud le 26 janvier parce qu'il était mal nourri à l'armée. On saura par la presse qu'il se plaint aussi de sous-alimentation, du manque d'hygiène et de la violence omniprésente (Novye izvestia, 27.01.2009, http://www.newizv.ru/lenta/104848/). Il se rend en catimini en Géorgie contre laquelle il était censé avoir combattu en août. Acte de trahison! Il est présent en Ossétie du sud lors du conflit et passe la guerre à garder son blindé tombé en panne aux abords de Tskhinvali, en s'ennuyant ferme. Une fois en Géorgie, le ministère des Affaires étrangères le prend sous son aile, lui offre un appartement, un téléphone portable pour qu'il joigne son contact au ministère, et des directives pour répondre aux journalistes. Le jeune déserteur ne sort pratiquement pas de chez lui, n'a que très peu de contact avec les siens en Russie. Il dit apprécier sa nouvelle vie, aprend le géorgien et, comble du bonheur, a même une petite amie : "C'est la première fois de ma vie. Une Géorgienne..." (Novaya gazeta, Vadim Doubnov, 18.03.2009,  http://www.novayagazeta.ru/data/2009/027/09.html)
L'histoire semble bien se "terminer", mais la désertion du sergent était devenur une affaire d'Etat sérieuse dont la propagande géorgienne et russe se sont saisies pour la brandir contre l'autre.
Le 27 janvier 2009, on apprend ainsi de la presse russe que des "espions géorgiens" ont "enlevé" le sergent Gloukhov, alors que le ministère des Affaires étrangères géorgien affirme que le soldat réclame l'asile politique. (Nezavisimaya gazeta, 27.01.2009, http://news.ng.ru/2009/01/27/1233067145.html), Rustavi 2, vidéo du 28.01.2009, http://rustavi2.com/news/video.php?fr=video&id_news=29945&lang=eng&ftp1=1&ftp2=0&ftp3=0). La Russie parle de "provocation", de "manipulation psychologique" sur le soldat qui souhaitait prolonger son service militaire. Alexandre Gloukhov démentira peu après avoir voulu reconduire son contrat avec l'armée, contrat qui devait se terminer 4 mois plus tard, mais la vie y était insupportable plus longtemps (Novye izvestia, 29.01.2009, http://www.newizv.ru/news/2009-01-29/104960/). Le 13 février, une manifestation du mouvement pro-poutinien "Nachi" se poste face à l'ambassade géorgienne à Moscou et exige que les autorités géorgiennes "libèrent le soldat Gloukhov" ("Nachi", 13.02.2009, http://nashi.su/news/26484).
Une fois ce statut de réfugié (non officiellement) reçu, l'homme se cache pour des "raisons de sécurité". Mi-mars, la "version géorgienne" de la fuite volontaire du soldat est enfin admise par la Russie. Alexandre Gloukhov pose néanmoins problème au procureur militaire russe qui a déclaré, le 18 mars, qu'il ne sera pas poursuivi s'il est établi qu'il a déserté en raison d'un "concours de circonstances dû à une situation extrême". Autrement, il sera passible de 7 ans de prison. (Nezavisimaya gazeta, 18.03.2009, http://news.ng.ru/2009/03/18/1237362391.html)Doit-on y voir un aveu de l'état de l'armée russe? 

Publié dans Géorgie-Russie

Commenter cet article