L'opposition géorgienne intensifie sa critique des médias

Publié le par sophie tournon



L'opposition géorgienne, descendue dans la rue pour manifester contre le président Mikhéil Saakachvili, a depuis quelques semaines planté des tentes-cellules face aux symboles forts du pouvoir. Ces nombreuses « cellules », dont l'idée revient au chanteur « Outsnobi », frère d'un des leaders de l'opposition, Levan Gatchétchiladzé, figurent la prison que serait la Géorgie sous Saakachvili. Disposées face au Parlement, à la Chancellerie et devant la résidence présidentielle, elles ont pour but d'obstruer routes et trottoirs et de rassembler les manifestants.

Ces cellules se sont récemment multipliées en un quatrième lieu : face à la première chaîne publique de télévision « OVG ». Les manifestants imposent leur présence encombrante devant l'entrée du bâtiment de la chaîne afin d'exprimer leur mécontentement quant au traitement de l'actualité par la rédaction. Dès le début des manifestations, les leaders de l'opposition réclamaient d'être filmés en direct, afin de préserver leurs actions et leurs discours de toute manipulation. Ils accusent depuis des années la chaîne publique d'être un énième porte-parole du gouvernement, et appellent à la formation d'une seconde chaîne publique « plus libre ». Fin avril, plusieurs membres du conseil de l'OVG ont démissionné, en protestation contre le traitement partiel et partial de la manifestation.

Les relations entre les opposants et les journalistes se sont rapidement dégradées, et des actes de violences verbales et même physiques se sont répétés. Alors que, devant le Parlement, deux journalistes ont été pris à partie et ont dû quitter les lieux sous la menace des manifestants, les employés d'OVG sont quotidiennement soumis aux harangues de Guiorgui Khaïndrava, ancien ministre et opposant parmi les plus acharnés de Saakachvili.

Un sorte de guerre des nerfs et des images s'est désormais installée. Dans ce contexte, l'accès aux médias apparaît primordial pour l'opposition qui craint l'essoufflement après plus de trois semaines de manifestation, comme pour les autorités qui accusent leurs détracteurs d'extrêmisme. Les appels au dialogue passent désormais au second plan dans cette course au dénigrement mutuel.

Par Sophie Tournon. Sources : Civil.ge .


© CAUCAZ.COM | Dépêche publiée le 04/05/2009 | Par Sophie Tournon. Source : Civil.ge

Publié dans Médias

Commenter cet article