Une partie de l'opposition prête à engager le dialogue avec le pouvoir

Publié le par sophie tournon

L’opposition s’est déclarée prête, dès aujourd’hui 7 mai, à rencontrer le président Mikhéil Saakachvili, pour parler de l’avenir de la Géorgie et de sa « nécessaire » démission. Davit Bakradzé (photo ci-dessous), président du Parlement, a proposé d’organiser cette rencontre lors d’un rendez-vous préalable avec lui, ce qu’une partie de l’opposition a accepté au bout de deux heures de négociation interne. Quatre représentants ont été choisis pour discuter avec M. Bakradzé des conditions de la future rencontre avec le président : il s’agit de Goubaz Sanikidzé, Tina Khidachéli, Victor Dolidzé et Koka Gountsadzé. Quatre autres personnes seront désignées pour rencontrer en son temps M. Saakachvili.

 

L’opposition a déclaré que les manifestations et les appels à bloquer les accès de la capitale ont été levés, en signe de bonne volonté quant au dialogue qui semble enfin se dessiner, un mois jour pour jour après le début des manifestations anti-Saakachvili.

L’opposante Salomé Zourabichvili a demandé que la rencontre avec les députés se déroule dans l’enceinte du Parlement, afin de prouver que, contrairement aux allégations des officiels étrangers qui se plaignaient de devoir se rendre dans des hôtels de luxe pour dialoguer avec les députés, l’entrée du bâtiment n’est pas obstruée par les manifestants et le Parlement peut parfaitement et sereinement travailler.

 

Toutefois, Nino Bourdjanadzé, figure importante de l’opposition, doute de la volonté du président de rencontrer l’opposition, et affirme que la manifestation reprendra dès demain samedi 9 mai. Lors d’une conférence de presse, le jeune leader Irakli Alassania a de son côté estimé que cette rencontre préalable constituait un grand pas en avant pour l’opposition comme pour le gouvernement.

 

Par ailleurs, Constantin Gamsakhourdia, fils de l’ancien président géorgien et un des leaders de l’opposition, a annoncé que son organisation « Alliance pour la liberté » rassemblant différents partis d’opposition refuse tout dialogue avec les autorités.

Source : Civil.ge

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article