Lundi 11 mai, Saakachvili rencontrera des leaders de l'opposition

Publié le par sophie tournon

Le président géorgien Mikhéil Saakachvili s'est dit prêt à rencontrer l'opposition lundi 11 mai, à 14 heures, dans les locaux du ministère de l'Intérieur. Alors que l'opposition voit dans ce rendez-vous de demain une victoire qui fait suite à l'ultimatum, lancé hier au président, de répondre dans les 24 heures à leur demande de dialogue, la presse en ligne rappelle que le gouvernement n'a eu de cesse, depuis un mois, d'appeler au dialogue avec cette opposition qu'il qualifie de « radicale ».

 

L'opposition unie manifeste depuis le 9 avril devant le Parlement (voir photo) et près d'autres lieux symboliques du pouvoir, pour réclamer la démission du président qu'ils accusent de tous les maux. Le principal reproche qui lui est adressé est d'être à l'origine de la guerre en août 2008 en Ossétie du Sud, tuant des civils, fuyant devant l'armée russe et permettant la sécession de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, reconnues par la Russie.

 

Cette rencontre ne faisait pas partie des revendications de l'opposition qui, dès l'origine, est axée sur la démission de Saakachvili et l'organisation d'élections présidentielle et législative anticipées. Mais les manifestations bloquaient chaque jour un peu plus la vie politique géorgienne et, partant, la vie économique, provoquant l'inquiétude ou la colère des diplomates et observateurs internationaux.

 

Une première rencontre avec le président du Parlement a déjà eu lieu, sans contenter les leaders de l'opposition qui ne voulaient entamer de dialogue qu'avec le président, cible de toutes leurs critiques.

 

Lundi, les principales figures de cette opposition iront donc discuter avec Mikhéil Saakachvili : Irakli Alassania, qui semble le plus ouvert au dialogue – il est le seul à ne pas faire de la démission du président une condition sine qua non de la rencontre -, Lévan Gatchétchiladzé, Salomé Zourabichvili et Kakha Chartava, chacun étant chef de son propre parti, sauf Irakli Alassania qui compte former son parti à l'issue des négociations.

Sources : Georgia Times et Gruzya online (apsny.ge)

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article