Abkhazie : L'opposition craint la main-mise de la Russie sur leur pays

Publié le par sophie tournon

D'après le quotidien russe « Nezavissimaya Gazeta » du 22 mai 2009, certains mouvements d'opposition au président abkhaze Serguey Bagapch ainsi qu'une partie de la diaspora abkhaze de Turquie craignent que l'Abkhazie ne soit à terme assimilée par la Russie.

 

La cause de leur déclaration commune contre les pleins pouvoirs de Serguey Bagapch réside dans la décision de ce dernier de « déléguer temporairement » à la Russie, seul Etat au monde à reconnaître l'indépendance de cette région séparatiste de la Géorgie, la garde de ses frontières, le contrôle de ses voies de chemin de fer et de l'aéroport de sa capitale Soukhoumi, ainsi que « l'intrusion massive » de compagnies russes dans les domaines du pétrole, du gaz et des fruits.

 

A ces accusations, le gouvernement abkhaze répond qu'une assimilation du gouvernement abkhaze par la Russie est préférable à un retour à la Géorgie. Dans le contexte de tension extrême entre la Russie et la Géorgie, le fait que cette opposition s'exprime sur un sujet aussi sensible que l'orientation politique de leur Etat indépendant de facto est remarquable. Toutefois, il semblerait que la liberté d'expression ne soit pas totalement acquise : le rédacteur en chef d'un journal d'opposition a en effet été violemment battu en février de cette année pour ses prises de positions critiques envers la politique pro-russe du gouvernement abkhaze.

 

Loin de rechercher à s'éloigner de leur unique partenaire dans la région, les signataires de la déclaration souhaitent des rapports plus équilibrés, « d'égal à égal » entre une Russie toute puissante et omniprésente et une Abkhazie encore fragile.

 

De son côté, la Géorgie se contente d'affirmer qu'elle avait « prévenu » les Abkhazes qu'ils se perdraient à vouloir s'allier à la Russie. Selon Alexey Malachenko, expert russe sollicité par le journal, cette déclaration de l'opposition abkhaze ne vise aucunement la Russie, « son unique protectrice contre les Géorgiens », mais les seules autorités abkhazes.

 

 

Commenter cet article