Saakachvili veut une société civile élitiste plus participative

Publié le par sophie tournon

Lundi 25 mai, le président géorgien Mikhéil Saakachvili a profité de la remise de médailles honorifiques « Roustaveli » à d'éminentes personnalités de la culture géorgienne pour faire un discours à la nation. Lors de cette cérémonie établie en juillet 2008, il a décoré le poète Iza Ordjonikidzé, l'architecte Vaja Orbéladzé, les peintres Gibson Khoundadzé, Emile Bourdjanadzé et Zourab Nijaradzé (photo), le chanteur Témour Kevkhichvili, la musicienne Manana Akhmétéli et le danseur Omar Mkhéidzé.

 

Il a ensuite annoncé son désir de voir la création prochaine d'un Conseil populaire, composé d'artistes, de scientifiques et de grands noms des sphères culturelle, universitaires et économiques de la Géorgie. Ce Conseil populaire sera chargé de présenter des idées de projets de lois au Parlement, ce qui constitue, selon M. Saakachvili, une forme de participation plus directe de l'élite de la société civile dans le processus de démocratisation du pays.

 

« De manière traditionnelle, dans le Caucase, il y a toujours eu des personnes de grand talent, des peintres, des danseurs, des chanteurs, des grands scientifiques, mais tous incapables d'une seule chose : incapables de créer un Etat. Ils s'opposent constamment les uns aux autres, s'attaquent, se battent, enfreignent toujours les lois, ne les suivent pas, en aucun cas ils se soumettent aux lois et aux règles écrites par les leurs. Le peuple géorgien, notre société multiethnique dément ces stéréotypes. C'est pourquoi je dis que la Géorgie mécontente un grand nombre de sceptiques et de personnes mal intentionnées, parce que nous sommes une menace pour eux. »


« Nous sommes entrés dans l'ère du roi Aghmachénébéli, quand sont construits de nouvelles villes, de nouveaux opéras et théâtres. Nous devons créer un nouveau système d'éducation », a-t-il dit.

La création de ce Conseil « est notre première grande création, nous allons bâtir une véritable société civile qui sera la base de la démocratie géorgienne. C'est un processus historique, et je veux que tous y participent. »

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article