26 mai 20009 : Une fête nationale géorgienne "civile"

Publié le par sophie tournon

Ce mardi 26 mai, la Géorgie connaît une fête nationale inédite. Face à la détermination de l'opposition, la parade militaire prévue a été annulée pour laisser défiler les manifestants rassemblés en une « parade civile » sur l'avenue Roustavéli, dans le centre de la capitale Tbilissi.

 

A 14 heures, les leaders de l'opposition ont accueilli la population qui les soutient dans le stade Dinamo, où près de 50 000 personnes se sont rassemblées et presque autant était massé au-dehors (les chiffres sont soumis à caution).

 

Au centre du stade, les dirigeants des divers partis politiques d'opposition, tous habillés de blanc, ont répété leur discours anti-Saakachvili après que le chanteur populaire Outsnobi, figure importante du mouvement contestataire, s'est donné en scène sur l'immense drapeau géorgien déployé sur la pelouse centrale. Les manifestants se sont ensuite rendus à la cathédrale de la Sainte Trinité se recueillir auprès du patriarche, sollicité comme arbitre dans le bras de fer engagé contre le gouvernement. Vers 18 heures, heure locale, un service liturgique se tiendra à l'occasion de la fête de l'Indépendance.

 

L'unité de façade de l'opposition ne cache toutefois pas les fissures qui se font sentir depuis le début des manifestations. Alors que certains appellent à désigner un leader unique pour concentrer les actions, d'autres refusent un tel consensus tant les différences d'orientations politiques demeurent importantes entre les leaders de ces partis d'opposition. Constantin Gamsakhourdia, chef du parti « Liberté » et fils du défunt premier président géorgien, a d'ores et déjà déclaré vouloir agir indépendamment de toute alliance et saper le pouvoir en place par ses propres moyens.

 

Entretemps, le président Mikhéil Saakachvili s'est rendu au cimetière du soldat inconnu, à Moukhatgverdi, où reposent les soldats tués lors du conflit d'août 2008. Il a encensé dans son discours l'unité et la force de la Géorgie face à toute agression extérieure et contre tout ennemi intérieur.

Sources : Civil Georgia, GeoHotNews et Roustavi 2

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article