26 mai : Une situation explosive au sein de l'opposition

Publié le par sophie tournon

Ce mardi 26 mai, des milliers de partisans aux opposants à Saakachvili ont suivi Outsnobi et les leaders des partis d'opposition pour se rendre à la cathédrale de la Sainte Trinité vers 18 heures, afin de s'en remettre au patriarche Ilia II.

 

Le chanteur populaire engagé Outsnobi (photo ci-contre, au stade), frère de Levan Gatchétchiladzé (un des leaders de l'opposition) et star de la chaîne d'opposition « Imedi » pour son émission intitulée « la Cellule n°5 » - une cellule de prison est reconstituée, où il s'est enfermé volontairement sous l'œil de caméras branchée en permanence afin de souligner la situation selon lui carcérale de la Géorgie de Saakachvili -, avait la veille rencontré le patriarche pour prendre conseil auprès de lui, avant les manifestations de ce 26 mai, jour de la fête nationale géorgienne.

 


Le but du rassemblement populaire de ce jour particulier, qui a vu l'annulation exceptionnelle de la parade militaire pour éviter tout incident avec la « parade civile » prévue par l'opposition en colère, est de montrer au gouvernement que la population soutient massivement l'opposition et ses revendications appelant à la démission du président. Partie du stade « Dinamo » de Tbilissi, la foule chauffée par les leaders des partis et menée par Outsnobi s'est recueillie dans et autour de la cathédrale. D'après Outsnobi, le patriarche doit s'exprimer publiquement en tant qu'arbitre neutre dans le conflit qui oppose opposants et autorités et donner des indications pour le programme à venir ces prochains jours. Au grand dam de la foule assemblée sur le parvis de la cathédrale, des personnalités proches du président Saakachvili ont rencontré le patriarche avant son allocution : le maire de Tbilissi Guigui Ougoulava et peut-être même le ministre de l'Intérieur Vano Merabichvili.

 

Dans son discours tant attendu, le catholicos-patriarche Ilia II (photo ci-dessous) a révélé sans surprise son message de paix et de fraternité. Il a fustigé l'obstination des uns et des autres, vice qui empêche tout dialogue constructif dans la situation complexe que connaît le pays. A propos de la démission du président réclamée par les opposants, le patriarche orthodoxe a fait connaître son avis : « Le peuple géorgien a démis un puis deux présidents de leur fonction, nous savons tous ce qui s'ensuivit. »

 

Cet appel au dialogue n'a manifestement pas rencontré d'oreille réceptive. Déçu, Outsnobi a peu après déclaré que le patriarche avait été forcé de changer son message initialement prévu, il aurait été «victime d'un chantage ». Un interlocuteur, qui a préféré gardé l'anonymat, a déclaré à la presse que le patriarche aurait dû appeler à la démission de Saakachvili, comme « convenu » la veille lors de son entrevue avec Outsnobi.

 

Outrés, des manifestants radicaux ont appelé à réagir en bloquant les voies de chemin de fer et la voie express vers l'aéroport de la capitale. Les leaders de l'opposition semblent pris au dépourvu et sont comme dépassés par les événements. L'un d'entre eux, Irakli Alassania, refuse de s'associer à ces actions extrêmes. Les « modérés » Lévan Gatchétchiladzé, Zviad Dzidzigouri, Irakli Batiachvili et Koka Bountsadzé préfèrent alors poursuivre la manifestation devant le Parlement, sur la tribune érigée depuis le début des manifestations il y a un peu plus d'un mois maintenant, alors que les « durs », tels Nino Bourdjanadzé, Eka Bessélia, Salomé Zourabichvili, Davit Gamkrelidzé et Tina Khidachéli, se son joints aux bloqueurs. Rapellons que le leader Constantin Gamsakhourdia s'est déjà retiré du consensus de l'opposition unis pour s'en prendre seul au président Saakachvili.

 

La fracture entre radicaux et modérés se déclarerait-elle enfin au public? Vers 23 heures, des manifestants se sont installés sur les rails pour empêcher tout départ de train, mais ont promis de ne rester que trois heures, afin de continuer à manifester dans les rues de la capitale.

 

La tension, déjà évidente ces derniers jours, est plus que palpable : elle semble explosive. Mais cette explosion semble pour le moment ne concerner que l'opposition qui se divise progressivement mais sûrement...

 

Source : GeoHotNews, Apsny.ge (Georgia online), Roustavi 2 et Fact.ge

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article