L'opposition se divise mais poursuit sa lutte anti-Saakachvili

Publié le par sophie tournon

Ce mercredi 27 mai, les différents mouvements politiques de l'opposition semblent révéler au grand jour sans se l'avouer que le divorce est consommé. Deux blocs s'opposent désormais dans leur manière d'agir.

 

Les partisans des manifestations de rue se rallient autour de « l'Alliance pour la Géorgie », qui rassemble entre autres le parti des Chrétiens-démocrates de Davit Berdzenichvili et la nébuleuse encore informée d'Irakli Alassania. Ce dernier a promis de fonder son propre parti sous peu.

 

Ceux qui préfèrent les méthodes « dures », tels les blocages des trains et la fermeture des routes principales de la capitale, attendent avec impatience la fin de la réunion des leaders qui les ont suivis, hier tard dans la nuit, dans les gares de Tbilissi, pour occuper les voies de chemin de fer pendant trois heures.

 

Cette réunion réunit Nino Bourdjanadzé du « Mouvement démocratique – Géorgie unie », Salomé Zourabichvili de « la Voie de la Géorgie », Eka Bessélia du « Mouvement pour une Géorgie unie », Davit Gamkrélidzé de « la Nouvelle droite », Kakha Koukava et Zviad Dzidzigouri du « Parti conservateur », Koba Davitachvili du « Parti du peuple », Koka Gountsadzé et Lévan Gatchétchiladzé.

 

Ce matin, ce dernier a rencontré, avec son frère le chanteur engagé Outsnobi et Nino Bourdjanadzé, le patriarche Ilia II. Ils n'ont fait aucun commentaire à l'issue de cette entrevue pourtant très attendue, Outsnobi ayant déclaré hier que le patriarche avait été « forcé » de faire un discours consensuel alors qu'il attendait une déclaration engagée.

 

Source : Apsny.ge

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article