Des élections sud ossètes relativement calmes

Publié le par sophie tournon

Ce dimanche 31 mai ont eu lieu les premières élections parlementaires dans l'Ossétie du Sud indépendante de facto. La république qui s'est détachée de la Géorgie à la suite du conflit d'août 2008 n'est officiellement reconnue que de la Russie et du Nicaragua.

 

Pour élire les 34 députés sud Ossètes, 95 lieux de vote ont été ouverts, dont 6 en Ossétie du Nord et un à Moscou.

 

Les quatre partis républicain « Unité » (le parti du président), communiste, socialiste « la Patrie » et le parti populaire ont présenté leur liste de candidats lors d'une campagne où les opposants au président Edouard Kokoyty ont accusé ce dernier d'avoir muselé toute opposition pour s'assurer une victoire écrasante.

 

78 observateurs internationaux sont présents pour témoigner que les quelques 45 000 électeurs votent dans des conditions démocratiques. Dès la matinée, des leaders de l'opposition dénonçaient les manœuvres des forces de l'ordre forçant les citoyens à aller se rendre aux urnes et la fermeture des accès à la ville de Kvaïssi à tout journaliste. Le procureur général de la république affirme que les citoyens de ce bourg étaient incités à ne pas voter, mais la participation y serait malgré tout élevée. La veille, la police a arrêté dans cette ville les neveux de l'un des leaders de l'opposition, sans donner de raison. Une rumeur non encore étayée affirme que l'entreprise « Stoyprogress » aurait décrété que ce dimanche serait un jour de non chômé, manière de retenir ses employés loin des bureaux de vote.

 

Enfin, les autorités sud ossètes affirment que les gardes-frontière géorgiens ont empêché les sud Ossètes partis le temps du week-end de retourner en Ossétie du Sud, ce que le gouvernement géorgien dément.

 

Les bureaux de vote ont fermé à 20 heures; la participation aurait dépassé les 70%.

 

Source : Kavkazski Uzel

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article