Bourdjanadzé explique aux Occidentaux la situation politique

Publié le par sophie tournon

L'opposante Nino Bourdjanadzé a fait paraître ce mardi 2 juin un article dans « The National Interest Online » intitulé « Soutenir la Géorgie, pas Saakachvili ».

 

Elle y affirme que « le plus difficile pour les groupes d'opposition est de critiquer leurs gouvernements tout en soutenant leur pays. Tout régime, surtout celui qui a joui d'un soutien national et international par le passé, peut compter sur son peuple pour considérer ses opposants comme les opposants du pays qu'il dirige. »

Elle accuse le président Mikhéil Saakachvili, allié à de nombreux pays amis, de conduire une politique « désastreuse » et de s'en prendre aux mouvements d'opposition. Elle se défend d'appartenir à un mouvement « radical », comme le martèle le président, à moins que ce terme ne désigne le seul moyen de « mettre fin à l'instabilité » que connaît la Géorgie.

Madame Bourdjanadzé se désole du faux choix devant lequel se trouvent les pays alliés de la Géorgie : soutenir Saakachvili pour soutenir la Géorgie. Elle distingue le gouvernement du pays, et accuse Saakachvili d'avoir trahi les idéaux de la démocratie.
Selon elle, si la stabilité est préférable à une nouvelle révolution, le culte de la stabilité conduit au sacrifice de la liberté et de la démocratie. « La fausse stabilité que l'on voit en Géorgie depuis des années n'est pas une stabilité, » écrit-elle pour justifier les manifestations de la rue quotidiennes qui se déroulent en Géorgie.

Ces mouvements d'opposition cherchent à mettre fin à l'autoritarisme régnant et au « régime de style soviétique » instauré par Saakachvili, veulent bâtir un Etat démocratique et restaurer « la vérité » sur la situation politique et sociale en Géorgie.

Nino Bourdjanadzé appellent les Occidentaux à ne pas se laisser « leurrer » par les paroles du président Saakachvili. Elle tente de convaincre les médias occidentaux que « l'opposition géorgienne ne se bat pas contre Saakchvili, mais pour la liberté et la démocratie... J'espère que l'Occident comprendra et aidera les Géorgiens à construire une société dont nous pourrons tous être fiers, » conclue-t-elle.


Ce même jour, Nino Bourdjanadzé a officiellement déposé plainte contre Mikhéil Saakachvili pour diffamation, ce dernier l'ayant accusée d'être financée par la Russie.

Publié dans Politique intérieure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article