Le gouvernement durcit le ton contre les opposants

Publié le par sophie tournon

Alors que le 9 juin, le président Mikhéil Saakachvili assurait à son invité Lévan Gatchtchiladzé, leader de l'opposition, que les « prisonniers politiques » issus de l'opposition et arrêtés lors des manifestations quotidiennes seraient prochainement remis en liberté, le gouvernement a depuis quelques jours durci ses actions contre l'opposition.


Depuis la fin mai, la chaîne d'opposition « Maestro » rencontre des problèmes techniques empêchant la ville de Roustavi de la recevoir. Le directeur de « Maestro » y voit une tentative d'influence du gouvernement contre cette chaîne, dont l'émission phare est « Cellule n°5 » de Gia gatchétchiladzé – Outsnobi, très critique contre le président. L'émissaire des Etats-Unis en visite à Tbilissi Philip Gordon s'est dit préoccupé par les questions de liberté de la presse en Géorgie et dit suivre de près l'affaire de la chaîne « Maestro ».


Le 5 juin, Zourab Noghaideli, ancien Premier ministre démissionnaire passé à l'opposition, est accusé par le président pour détournement du budget de l'Etat ainsi que pour corruption lors de son mandat ministériel. Noghaideli, qui parle d'accusations tardives et infondées, prépare son parti « Mouvement pour une Géorgie juste » pour les municipales avancées à l'automne prochain.


Enfin, ce jeudi 11 juin, 10 membres du parti de Nino Bourdjanadzé ont été arrêtés pour détention illégale d'armes. Cette dernière dénonce l'autoritarisme de l'Etat.

Sources : Civil Georgia et Georgia Times.

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article