Le "Grand jeu" gazier

Publié le par sophie tournon

La tension dans les relations turco-russes sont de plus en plus palpables. La signature prochaine, « pour juillet, au plus tard », des accords sur le projet « Nabucco » permettant le transport du gaz d'Asie Centrale via le Sud Caucase et la Turquie, n'a pas l'heur de plaire à la Russie qui soutient le projet concurrent « South Stream » de la Russie vers l'Italie.

 

Selon Moscou, qui a pourtant développé un puissant lobbye pro « South Stream » à Ankara, cette stratégie de contournement du territoire russe trouve sa source dans les exportations turques rendues difficiles vers le marché russe.

 

Toutefois, le projet "Nabucco" a connu de nombreux retards, la Turquie essayant de conditionner sa mise en route au renouvellement des accords sur ses relations avec l'Union européenne.

 

L'UE est, depuis les récentes crises du gaz en provenance de la Russie, très sensible sur ce dossier. Les relations problématiques entre la Russie et l'Ukraine et la Biélorussie, consommateurs de gaz russe mais « mauvais payeurs », posent la question de la dépendance de l'Europe au gaz russe, et à ses possibilités de diversifier ses pays fournisseurs.

Le projet "Nabucco" prend tout son sens dans ce cadre géopolitique complexe. La Géorgie, traversée par les gazoducs de "Nabucco", suit avec le plus grand intérêt ce bras de fer...

 

Source : Nezavissimaya gazeta
Carte : Wikipédia


Publié dans International

Commenter cet article