Les frontières de la Géorgie chahutées

Publié le par sophie tournon

Après l'ONU, l'OSCE... Moscou a retiré sa confiance dans la mission des observateurs de l'OSCE en Géorgie. Ces derniers étaient déjà personna non grata dans les régions séparatistes abkhaze et sud Ossète.

 

La mission de l'OSCE, dont le mandat prend fin le 30 juin 209, ne sera pas renouvelée, au grand dam de la Géorgie. Les derniers observateurs présents dans la région sont désormais ceux de l'Union européenne, eux aussi interdits d'entrer dans les zones indépendantes de facto.

 

La Russie, la seule avec le Nicaragua à reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, a annoncé que ces deux entités prendront part aux exercices militaires conjoints avec les républiques du Nord Caucase. Ces exercices, surnommés « Caucase 2009 », auront lieu du 26 juin au 6 juillet, et font suite à un précédent appelé « Caucase 2008, » sans compter les exercices miliaires internationaux sous l'égide de l'ONU qui se sont déroulés en Géorgie en juin 2009.

 

Par ailleurs, l'opposition géorgienne, à la suite d'un reportage de la chaîne « Maestro », affirme que les soldats géorgiens, chargés de défendre le tracé des frontières avec la Russie et les régions sécessionnistes, ont cédé à l'Ossétie du Sud 50 km² de territoire en reculant de 18 km le tracé frontalier, dans la région de Ratcha. Le gouvernement dément ces allégations, et les met sur le compte du désœuvrement d'une opposition de moins en moins unie.

 

Civil Georgia, Nezavissimaya Gazeta

Commenter cet article