Un lieutenant géorgien réfugié en Russie

Publié le par sophie tournon

Alik Bjania (photo), lieutenant géorgien de l'armée de mer, officier de vedette dans le port de Poti, en Mégrélie, a déserté de son poste de garde-côte à Poti le 23 mai 2009 pour se rendre en Russie.

 

Le jeune homme de 35 ans a déclaré à la radio « Echo de Moscou » s'être enfui de l'armée et de la Géorgie pour se présenter comme demandeur d'asile politique à un poste de frontière russe en Abkhazie. Il a demandé l'asile et reçu très rapidement le statut de réfugié.

 

Les raisons de cette fuite ne semblent pas claires. Le jeune homme dit simplement qu'il ne pouvait plus rester en Géorgie car il ne supportait plus de voir le président Mikhéil Saakachvili « détruire son pays de l'intérieur ». Le choix de se rendre en Russie a été motivé par le fait que M. Bjania y possède de la famille ainsi que de nombreux amis. M. Bjania dit craindre pour ses parents qu'il souhaite mettre entre les mains de la Croix Rouge et du Croissant Vert afin qu'ils le rejoignent en Russie. Son souhait serait de devenir citoyen russe.

 

Cette affaire rappelle celle du sergent déserteur russe Gloukhov passé en Géorgie pour fuir les conditions de vie dans son contingent, en janvier 2009. Cela a un parfum d'échange de bons procédés...

 

Le gouvernement géorgien a fait officiellement – et maladroitement? - savoir que le lieutenant Bjania aurait été démis de ses fonctions dès mai 2009, ce que ce dernier dément, étant donné qu'il officiait encore en juin et que les autorités géorgiennes, ignorant tout de son projet de fuite, ne lui ont jamais réclamé ses papiers militaires.

 

Les médias et la blogosphère géorgienne dénoncent une opération de communication de la part de la Russie. Le nom du lieutenant, d'origine abkhaze, suffit à leur faire dire que Alik Bjania est un Abkhaze pro-russe jouant le jeu ou étant manipulé par les services secrets russes contre la Géorgie! Toutefois, lors de son interview radiodiffusée, M. Bjania s'élevait contre l'occupation de l'Abkhazie par la Russie. Enfin, Alik Bjania a expliqué son geste par son refus de combattre dans la guerre que le président géorgien compterait mener prochainement contre l'Abkhazie et la Russie.

 

Sources : Echo de Moscou, Georgia Times, Civil Georgia 

 

Publié dans Géorgie-Russie

Commenter cet article