Qui finance l'opposition (suite) ?

Publié le par sophie tournon

Le 19 juin, un des leaders de l'opposition, Lévan Gatchétchiladzé, de retour d'Europe, a déclaré s'y être rendu pour lever des fonds afin de pouvoir poursuivre les manifestations.

 

M. Gatchétchiladzé et d'autres opposants comptent bâtir une fondation pour recueillir des dons issus de l'étranger, qui serviront à financer les actions de l'opposition qui manifeste quotidiennement contre le gouvernement. Il a toutefois tenu secret le nom de son ou ses interlocuteurs, « pour des raisons de sécurité ».

 

Le 24 juin, une polémique a éclaté à la suite de la publication sur Internet d'une vidéo (cliquer sur l'image ci-dessous, vidéo Youtube) montrant M. Gatchétchiladzé à Berlin, en compagnie de l'ancien ministre géorgien de l'Intérieur M. Targamadzé, aujourd'hui oligarque russe. L'opposant géorgien dément recevoir de l'argent « russe » et affirme que M. Targamadzé lui remettait des informations compromettantes sur le président géorgien Saakachvili.

 



Les députés de la majorité ont alors rappelé que le financement des partis géorgiens par des étrangers était illégal. Une nouvelle loi est en cours de préparation afin de permettre aux partis de l'opposition, qui rencontrent de grandes difficultés budgétaires, de se voir allouer des fonds issus du budget d'Etat.

Sources : Civil Georgia, Georgia Times, Youtube

Publié dans Politique intérieure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article