6e rencontre de Genève entre la Russie et la Géorgie

Publié le par sophie tournon

La sixième table ronde de Genève consacrée au Sud Caucase, qui réunit la Russie, la Géorgie et des représentants des régions abkhaze et sud ossète indépendantes de facto, sous l'égide de l'OSCE, de l'ONU et de l'Union Européenne, a eu lieu ce mercredi 1er juillet.

 

La veille, le 30 juin, la vingtaine d'observateurs internationaux de la mission de l'OSCE en Géorgie ont quitté la région, leur mission n'ayant pas été prolongée, sur influence de la Russie. Cette dernière, seul pays avec le Nicaragua à avoir reconnu l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, souhaite que la mission géorgienne se double d'une mission parallèle et équivalente sud ossète, manière de faire admettre à la communauté internationale la souveraineté de cette région contestée. La mission d'observation de l'ONU avait déjà pris fin le 15 juin dernier du fait du veto russe sur sa prolongation.

 

Cette situation de quasi isolation des régions sécessionnistes et le bras de fer qui oppose la Russie et la Géorgie remettent en question, selon les représentants russes à Genève, le rôle de l'ONU et de l'OSCE dans les futures discussions. Contre ces tentatives d'éjecter ces instances internationales du processus de paix en cours, les représentants de l'ONU et de l'OSCE ont été confirmés dans leur poste aux tables rondes de Genève.

 

Par ailleurs, la Russie presse la Géorgie à signer l'accord interdisant le recours à la force au Sud Caucase. Cette dernière refuse, souhaitant préalablement un retrait total des forces russes dans les régions « annexées » et un retour des observateurs internationaux dotés, cette fois, de pouvoirs policiers étendus.

 

A l'issue de cette rencontre, le dirigeant de l'UE est revenu sur les accords de paix « Medvedev - Sarkozy » en 12 points que la Russie ne respecterait pas à la lettre. La présence militaire russe accrue en Abkhazie et en Ossétie du Sud est ainsi montrée du doigt.

 

Sources : Kommersant, Georgia Times

Publié dans Géorgie-Russie

Commenter cet article