La mission de l'UE prolongée dans le temps mais limitée sur le terrain

Publié le par sophie tournon

L'Union Européenne a prolongé d'un an la Mission de surveillance en Géorgie (MSUE, ou EUMM en anglais) sous la direction de Hansjörg Haber, ancien ambassadeur allemand à Beyrouth. Dernière instance internationale encore présente dans la région où a éclaté, en août 2008, la guerre de 5 jours entre Géorgie et Russie, cette mission prendra fin en décembre 2010.

 

La Géorgie a demandé que les Etats-Unis y participent, ce qui est légalement possible, mais lundi 27 juillet, l'Union Européenne n'a pas accédé à cette demande, sans pour autant la rejeter. Probablement pour ne pas envenimer des rapports encore fragiles avec une Russie très sensible sur ces points. Par ailleurs, la Turquie souhaitait elle aussi participer à cette mission, étant donné son rôle grandissant de médiateur dans la région sud Caucase. Ainsi, aucun observateur états-unien ne se trouve en Géorgie depuis la fin des mandats des missions de l'ONU et de l'OSCE, suite au veto russe sur leur prolongation. La Russie avait refusé de prolonger leur mission étant donné le refus de ces instances de reconnaître la « réalité du terrain » : l'indépendance de facto des régions sécessionnistes abkhaze et sud ossète. A ce propos, ces deux États non reconnus internationalement rejettent aussi les 225 observateurs de l'EUMM qui ne pourront donc toujours pas pénétrer ces territoires fermés.

 

Le 26 juillet, le président russe Dmitri Medvedev a déclaré sur la chaîne russe NTV que la Russie et la Géorgie rétabliront leur entente à partir du moment où la réalité des indépendances sera admise par Tbilissi. De l'autre côté de l'océan, la secrétaire d'État Hillary Clinton a fait savoir, sur la chaîne NBC, que l'Ukraine et la Géorgie pourront de nouveau, dès qu'elles seront prêtes, porter leur candidature à l'adhésion à l'OTAN, car la Russie n'a pas pour fonction de garder l'Europe de l'Est sous sa coupe.

 

Sources : Novaya Gazeta, Civil Georgia, Georgia Times

Publié dans Géorgie-Europe

Commenter cet article