Des tirs entre Géorgiens et Sud Ossètes : beaucoup de bruit pour rien?

Publié le par sophie tournon

Des tirs ont retenti dans la nuit du 29 juillet entre le village géorgien de Nikozi et Tskhinvali, capitale de l’Ossétie du Sud. Selon les autorités sud ossètes ou géorgiennes, les tirs provenaient d’Ossétie ou de Géorgie.

 

Selon des experts et politiciens géorgiens, ces tirs sud ossètes viennent confirmer le rejet par la Russie des accords Sarkozy-Medvedev et prouvent la nécessité de prolonger l’action de la mission d’observation européenne dans la région. Le vice-président du Parlement Lévan Vepxvadzé a ajouté que « le plus important maintenant est que notre dirigeant impulsif ne réponde pas à ces provocations russes. » Le ministre géorgien à la réintégration Temour Iakobachvili a déclaré avoir immédiatement transmis l’information aux observateurs européens et à la Russie. Il tempère la tension qui monte en se demandant si ces tirs ne proviennent pas de « quelque occupant russe ivre. »

 

Le président d’Ossétie du Sud Edouard Kokoyty affirme que cette provocation est une stratégie géorgienne destinée à inciter les observateurs de la mission européenne à pénétrer dans la zone sud ossète, malgré le refus net des autorités de Tskhinvali. M. Kokoyty pointe l’armement accéléré de la Géorgie par ses alliés états-uniens, israéliens et ukrainiens. Le ministre de la Défense Youri Tanaev dénonce les sentiments de vengeance qui animent les Géorgiens, et prévient que la situation frôle le conflit ouvert.

 

De son côté, la Russie, qui soutient la version de tirs géorgiens, estime par la voix de l’expert Enver Kirsiev qu’il s’agit surtout de faits mineurs hypertrophiés par les médias, qui auront pour conséquence un afflux d’aide russe vers Tskhinvali. Le politologue Mikhail Léontev ajoute que la Géorgie est trop faible pour tenter quoi que ce soit, ces incidents devant être mis sur le compte d’intérêts locaux et resteront sans lendemain. En cas de conflit, il estime que les Etats-Unis ne soutiendront pas la Géorgie. D’autres spécialistes craignent au contraire un embrasement et accusent Tbilissi de jouer avec le feu.

 


Tskhinvali.

Source : Vzgliad (vz.ru), Gruzya Online (apsny.ge)
Photo : 1-o.ru

Commenter cet article