Dans la guerre aussi, c'est l'intention qui compte

Publié le par sophie tournon

La direction du FSB d’Ossétie du Sud a répondu à l’accusation de la Géorgie : les poteaux d’un mètre de hauteur disposés près du village géorgien de Kvéchi, à la frontière de l’Ossétie du Sud, ne représentent pas un déplacement de frontière, comme l’annonçait le gouvernement géorgien. Il s’agit « d’une clôture provisoire devant mettre fin à tout passage incontrôlé à travers la frontière. »

 

Cette ingérence qui ne dit pas son nom est un exemple de l’application de la doctrine « Ivanov », selon laquelle des interventions « préventives » sur sol étranger sont permises. Le FSB dénonce à son tour les déclarations géorgiennes, relevant selon lui de la provocation à la veille de l’anniversaire du conflit d’août 2008.

 

Enfin, les observateurs européens de la mission internationale indépendante EUMM ont conclu qu’aucun coup n’avait jamais été tiré la nuit du 29 juillet. Les déclarations des autorités sud ossètes et géorgiennes seraient alors à prendre comme une propagande provocatrice, voire guerrière, étant donné le contexte extrêmement tendu de ces derniers jours.

 

Dans la nuit du lundi 3 août, des tirs auraient de nouveau retenti entre un village géorgien (Plavi) vers un bourg sud ossète (Ortavi), ce que démentent les autorités géorgiennes incriminées.

 

 

Source : Kommersant, Georgia Times, Civil Géorgie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article