Perle : La diplomatie, c'est du chinois

Publié le par sophie tournon

« La diplomatie russe aurait connu une grande victoire si elle était parvenue à allonger la liste des pays qui reconnaissent l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Mais ce n’est pas le nombre de diplomates accrédités qui fait un pays. Par exemple, Taïwan, qui est loin d’être le dernier des membres de la communauté internationale et qui représente un poids économique conséquent, a été, en 60 ans d’indépendance autoproclamée, reconnue de jure par seulement deux dizaines d’Etats, et pas des moindres. Et ? Et rien, elle vit très bien comme ça. »

 

Andreï Smirnov, du magazine culturel russe Itogi, n°32, 3 août 2009.

Publié dans perles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article