"Révélations" russes sur la situation des droits de l'homme en Géorgie

Publié le par sophie tournon

Le ministère des Affaires étrangères soutient que l’organisation mondialement connue Human Rights Watch refuse de publier un rapport sur la situation de la démocratie en Géorgie, ce que cette dernière dément.

 

La presse pro-gouvernement russe comme les autorités sud ossètes multiplient els déclarations pointant les atteintes aux droits de l’homme en Géorgie. Ainsi, ils affirment que des policiers géorgiens ont kidnappé des sud Ossètes et ont enfermés ces « otages », des civils, dans des cellules tenues secrètes. Un marché des otages se serait ainsi développé en Géorgie, selon Rossiiskaya gazeta et le médiateur d’Ossétie du sud, David Sanakoev. Déjà en février 2009, le représentant sud ossète avait soulevé cette question lors d’une rencontre à Genève. Info ou intox ? Les médias russes qui relaient ces affirmations, toutes démenties par la Géorgie, en appellent aux Occidentaux, trop passifs ou trop partisans, selon eux.

 

Autre chef d’accusation, le cas du prisonnier d’origine arménienne, l’activiste de Djavakhétie Vaagn Tchakhalian. Son procès inique et son incarcération ont été perçus comme une menace des autorités géorgiennes à l’encontre de toute la minorité arménienne du pays. M. Tchakhalian a été transféré, le 31 juillet 2009, de sa prison de Tbilissi dans un centre pénitencier à Roustavi. Ce transfert suscite de fortes inquiétudes auprès de ses défenseurs, qui assurent que ses nouvelles conditions de détention sont plus propices à des atteintes physiques aggravées, voire à l’élimination de ce prisonnier encombrant.

 

Sources : Rossiiskaya gazeta, Georgia Times, association Yerkir

Publié dans Justice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article