Abkhazie : réactions à la visite de Vladimir Poutine

Publié le par sophie tournon

La réaction des Géorgiens était attendue, elle n’a pas surpris : la visite de Vladimir Poutine, « l’idéologue de la guerre d’août 2008 » selon le communiqué du ministère géorgien des Affaires étrangères, en Abkhazie est vue comme une « provocation », et le premier ministre russe a franchi la frontière abkhaze « illégalement ».

 

Cette visite, qui a eu lieu mercredi 12 août à Soukhoumi, capitale de la république sécessionniste, a été suivie de deux explosions à Gagra (deux morts et trois blessés) et, le soir même, à Soukhoumi (aucune conséquence). Ces explosions font partie d’une série d’autres qui, depuis des mois, blessent ou tuent des civils dans différentes villes de l’Abkhazie. Alors que les autorités abkhazes dénoncent les Géorgiens pour ces attaques non ciblées, ces derniers y voient le résultat de règlements de compte locaux.

 

Le maire de Moscou, Youri Loujkov, est attendu dans la capitale abkhaze vers la fin du mois d’août, pour conclure un accord entre les deux villes de coopération et d’aide à la reconstruction de Soukhoumi.

 

Le dirigeant du parti travailliste géorgien, Chalva Natélachvili, prédit qu’une dizaine de pays reconnaîtraient bientôt les deux régions sécessionnistes abkhaze et sud ossète, reconnues par la Russie et le Nicaragua.

 


Photo : Parlement de l'Abkhazie, Soukhoumi, Wikipédia 

Sources : Civil Georgia, Georgia Times, Nezavissimaya gazeta, Vzgliad.ru, Kavkazskij Uzel


Commenter cet article