Piraterie géorgienne ou contrebande abkhaze? Un navire en jeu

Publié le par sophie tournon

Les autorités abkhazes menacent la Géorgie de représailles en cas de récidive. Le Président de la république indépendante de facto d’Abkhazie s’insurge contre la « piraterie » à laquelle se livrent les Géorgiens, qui viennent d’arraisonner pour la troisième fois un navire parti de Turquie en direction de Soukhoumi.

 

Le 17 août, un tanker, à l’équipage essentiellement turc mais sous pavillon de Panama, était arrêté et amarré à Poti, alors qu’il s’apprêtait à livrer 2 000 tonnes d’essence et 700 de diesel à l’Abkhazie, qui subit un embargo de la part des autorités géorgiennes. Pour ces dernières, il s’agit d’un acte de « contrebande ». « C’est de la piraterie somalienne », a tonné le gouvernement abkhaze, qui y voit une provocation de plus, après les explosions non revendiquées des derniers jours en Abkhazie.

 

Le président abkhaze Serguey Bagapch a écrit à l’ONU, à l’Union Européenne et au président français pour leur faire part de son mécontentement, prévenant que si le navire n’était pas libéré, des sanctions seraient à craindre dont la Géorgie porterait l’entière responsabilité. Le procès du capitaine turc, emprisonné à Zougdidi, est prévu mercredi 19 août.


Source : Civil Georgia, Georgia Times

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article