Mikhéil Saakachvili : Toujours plus de libéralisme !

Publié le par sophie tournon

Dépêche publiée le 06/10/2009

Par Sophie Tournon. Sources : Civil Georgia, Georgia Times

Le 6 octobre 2009, le président de la Géorgie Mikhéil Saakachvili a présenté au Parlement un projet de loi sur « la liberté économique » afin de « limiter les possibilités de l’exécutif de se détourner de l’orientation économique libérale » très prisée. En d’autres mots, il s’agira de réduire au minimum le rôle de l’Etat dans l’économie, afin de favoriser les entrepreneurs et les investisseurs étrangers.

Le président a assuré que l’établissement de nouveaux impôts ou l’augmentation des taxes déjà existantes resteraient des cas exceptionnels, car devant être approuvés par referendum. « Nous avons pour principe de serrer la ceinture du gouvernement, et pas d’étouffer le peuple et les entrepreneurs par plus d’instances de contrôle et de régulation, » a-t-il déclaré.

Il a affirmé que le gouvernement ne pourrait plus légalement détenir des parts dans les banques commerciales ou fixer les prix de produits ou services, afin qu’en Géorgie « les prix soient enfin libres. »

Le projet n’oublie pas d’aborder la sphère sociale : les plus démunis seront pris en charge par une part du budget d’Etat et les chèques éducation (school voucher) pourront être versés au choix dans le public ou le privé.

Mikheil Saakachvili s’est félicité d’avoir permis à son pays de s’en sortir, après l’ère de la corruption institutionnalisée sous son prédécesseur Edouard Chevardnadzé, et à la suite d’une guerre qui l’a confirmé dans son choix d’une économie ultra libérale. « Grâce à nos réformes, la Géorgie est redevenue un pays attractif, » assure-t-il, se référant au père de la nation géorgien, Ilia Tchavtchavadzé, son précurseur en matière de libéralisme.

« Bien sûr, en adoptant cette loi, nous ne résoudrons pas d’un coup la question des usines arrêtées ou du chômage, mais nous ferons de la Géorgie un Etat où la Loi fondamentale sera le document de base qui défendra le cours irréversible de l’économie libérale. Ce projet de loi est ambitieux car en l’adoptant, la Géorgie deviendra un pays leader en termes d’économie libérale ferme et garantie par la loi et la Constitution. Nous avons pour ambition de faire de la Géorgie le phare de la politique économique libérale pour le monde entier, » gage selon le président de l’assurance d’être libéré définitivement de la Russie.

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article