Pankissi, base arrière des rebelles tchétchènes et d’Al-Qaïda ?

Publié le par sophie tournon

 

Par Sophie Tournon (sources : Kavkaz Uzel, Civil Georgia, The Georgian Times, Abkhazeti.info)

Les gorges de Pankissi se trouvent de nouveau sous le feu des projecteurs. Ces gorges géorgiennes, situées près de la frontière avec la Tchétchénie, sont réputées pour abriter près de 3.000 Kistes, une population ethniquement apparentée aux Tchétchènes (groupe des Vaïnakhs) mais surtout pour servir de repaire aux bandes armées tchétchènes rebelles.

Côté géorgien, une source tchétchène aurait révélé que des combattants russes, postés en Ossétie du Nord et en Tchétchénie, ont commencé à se rendre à Pankissi en vue d’effectuer des actes terroristes. Ces révélations sont mises en doute par l’expert en sécurité géorgienne Irakli Sessiachvili, qui affirme que les neiges abondantes déjà présentes dans la région empêchent tout déplacement. Il ajoute toutefois que de telles manœuvres sont possibles à l’avenir, «étant donné que tout est imaginable dans ce pays».

Par ailleurs, Ahmed Zakaev, leader tchétchène indépendantiste en exil à Londres, a déclaré que le ministère russe des Affaires étrangères compte soumettre prochainement au Conseil de Sécurité de l’OTAN des «preuves» établissant la réalité de contacts entre les services secrets géorgiens, des combattants tchétchènes dirigés par le leader sécessionniste Dokkou Oumarov (auto-proclamé Emir de «l’Emirat du Caucase») et Al-Qaïda. Selon Ahmed Zakaev, ces allégations fallacieuses, dont le premier signe date des déclarations du chef du FSB, le 13 octobre, sur ces soi-disant liens Géorgie-Al-Qaïda, ont pour but de dénigrer le combat des Tchétchènes pour l’indépendance en l’entachant de liens imaginaires avec la fameuse nébuleuse terroriste.

En réaction à ces accusations de troubles dans les gorges de Pankissi, qui ont déjà une «tradition» d’accueil des réfugiés et combattants tchétchènes depuis 1999, des leaders de l’opposition géorgienne ont appelé le gouvernement à y intensifier les contrôles afin de mettre fin à toutes les rumeurs provocatrices lancées par la Russie. Le parti les Chrétiens-Démocrates soutient la constitution d’un groupe d’observateurs, composé d’experts géorgiens et internationaux et de journalistes, qui se rendra le 29 octobre à Pankissi.

Dépêche publiée le 28/10/2009

Publié dans Géorgie-Russie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article