Portrait économique de la Géorgie après la guerre

Publié le par sophie tournon

Par Alexandre TVALTCHRELIDZE
Le 01/02/2010

Le 10 mai 2005, l’ex-président des Etats-Unis Georges Bush, en visite à Tbilissi, a déclaré que la Géorgie était «un exemple de liberté pour la région et pour le monde»[1]. La même année, l’opposition dénonçait directement l’hypercentralisation progressive du mode de gouvernement[2]. Le journal The Economist a été jusqu’à classer la Géorgie à la 104e place des pays démocratiques, juste après l’Ouganda, le Cambodge et le Kenya[3].



 

 
 
En dépit de ces facteurs alarmants, certains pronostiquaient un développement économique positif de la Géorgie[4], se basant manifestement sur le discours inaugural du président M.Saakachvili, pour qui l’essor économique du pays était l’une des priorités de sa politique intérieure[5].

Une comparaison entre les principaux indices macroéconomiques des pays de la zone (Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan), issus des données publiées par la Banque mondiale, nous permettra d’établir une analyse impartiale de la situation économique de la Géorgie[6].

Lisez la suite sur : REGARD SUR L'EST : regard-est.com

Publié dans Economie

Commenter cet article