Tout sur les élections locales de Tbilissi

Publié le par sophie tournon

Caucaz.com

Dépêche publiée le 30/04/2010

Par Sophie Tournon. Sources: Civil Georgia, Georgia Times, Kavkazski Uzel, Rosbalt, Ekho Kavkaza

Le 30 mai, les Géorgiens seront appelés aux urnes pour élire leurs représentants locaux, qui siégeront au Conseil municipal (sakréboulo). Seule la capitale Tbilissi aura droit à des élections doubles: outre celle du Conseil municipal, le poste de maire sera pour la première fois à pourvoir via les urnes. Ce «privilège» est une concession du Président Mikheïl Saakachvili à une opposition déchirée. Le candidat rassemblant plus de 30% des voix remportera la mairie.

Le maire sortant, Guigui Ougoulava, du parti au pouvoir «Mouvement national uni», s’est lancé corps et âme dans une campagne électorale médiatique professionnelle et impressionnante. Aux commandes de la ville depuis déjà plusieurs années, le jeune loup, candidat «n°5», est selon beaucoup donné gagnant. Son slogan «Il reste encore beaucoup à faire» séduit ceux qui apprécient l’empressement soudain du maire à améliorer les services sociaux ou l’apparence de la ville, deux mois avant la date des élections.

Face à lui, huit candidats de l’opposition se présentent. Seul Irakli Alassania, l’un des leaders de l’Alliance pour la Géorgie, sortirait du lot. L’Alliance est une coalition de partis qui tente désespérément de rallier toute l’opposition autour d’un candidat unique, afin de se donner toutes les chances pour faire tomber la mairie. L’enjeu réel est, à long terme, de se servir de la capitale comme tremplin vers la présidence. Pour l’instant, l’Alliance ne rassemble que 4 partis (la Nouvelle droite, le Parti républicain, Notre Géorgie et la Voie de la Géorgie). Les autres candidats sont: le chrétien-démocrate Guiorgui Tchantouria, le leader du parti l’Industrie sauvera la Géorgie Gogui Topadzé, le conservateur Zviad Dzidzigouri, le démocrate David Iakobidzé, Nika Ivanichvili leader du parti des Démocrates populaires, Tamaz Vachadzé de Solidarité et Guiorgui Laghidzé du parti La Géorgie de l’avenir.

Le Conseil municipal est lui prisé par 11 partis et 3 coalitions (parti Démocrate, la Géorgie de l’avenir, mouvement Solidarité, les Démocrates populaires, Notre pays, l’Alliance populaire de toute la Géorgie, les Radicaux démocrates, le parti Liberté, le Mouvement national uni, l’Union des sportifs géorgiens et l’Industrie sauvera la Géorgie), plus les coalitions Alliance pour la Géorgie (Républicains, Nouvelle droite, Notre Géorgie, la Voie de la Géorgie), le Conseil national (Conservateurs, Parti du peuple et Mouvement pour une Géorgie juste) et le bloc de Guirgui Targamadze et Inga Grigolia (Chrétiens-démocrates, Nous-mêmes et le Parti populaire des chrétiens démocrates). Les 50 membres du sakréboulo seront pour moitié élus à la majorité dans 25 districts de la capitale, l’autre moitié l’étant à la proportionnelle.

La coalition Alliance pour la Géorgie a fait savoir qu’en cas de victoire au sakréboulo, elle cèderait le poste de président du Conseil municipal au parti de l’opposition en seconde position, contre l’assurance que son candidat à la mairie, Irakli Alassania, soit soutenu par l’opposition.
*

Publié dans Politique intérieure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article