La Géorgie a enfin son «autoroute du Sud»

Publié le par sophie tournon

Par Sophie Tournon (Sources : Business Gruzia, Gruzia Online, Regnum)
pour Regard sur l'Est


Une voie express de 224 km, surplombées de 15 ponts, a été inaugurée par le président Mikhéil Saakachvili ce 15 novembre 2010, en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis, John Bass. «Il s’agit d’une route historique», a déclaré le Président géorgien, qui a évoqué les «trois grandes routes de l’histoire de la Géorgie»: la route militaire qui a assujetti la Géorgie à l’empire russe, celle du tunnel de Roki qui aggravait la dépendance du pays, et enfin, celle reliant Tbilissi à Akhalkalaki, dont le but est d’enfin réunir la Géorgie. 

La route, entamée au printemps 2008, relie la capitale aux zones méridionales de la Géorgie: la Samtskhé-Djavakhétie et une partie de la Kvémo Kartlie, régions frontalières de l’Arménie et de la Turquie. Ces régions enclavées, économiquement isolées, où vit une population majoritairement arménienne, sont ainsi enfin dotées d’une route praticable, les sortant de l’isolement où elles se trouvent (il fallait faire 8 heures de route, pour seulement 2h30 désormais). Du moins, c’est ce que recherchent les autorités géorgiennes, qui promettent de développer le réseau de chemin de fer depuis la ville turque de Kars jusqu’à celle d’Akhalkalaki. 

Ces projets, confiés à des compagnies allemande, géorgienne et azerbaïdjanaise, ont pu voir le jour grâce aux fonds américains du «Millenium Challenge», qui les financent à hauteur de 200 millions de dollars.

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article